RIVAGES d'ici et d'ailleurs

RIVAGES d'ici et d'ailleurs

Crustacés, l'art de se carapater


LES CRABES

Carapace, dix pattes articulées dont deux sont transformées en pinces, prédateurs et charognards, ce sont bien nos amis les brachyoures, les crabes quoi! Une spécificité: un abdomen replié sous le céphalothorax. Vous pouvez voir d'autres espèces de crabes dans l'album photo sur cette page

 

 Le pilumne hirsute est petit crabe se cachant sous les pierres, qu'on peut confondre avec le xanthe poilu, xantho pilipes (frange de poils sur les pattes uniquement). Le Pilumne hirsute, lui, à des poils en petite touffe sur la carapace et les pattes. Il peut être brun ou clair, ses pattes ambulatoires sont marbrés.

 

 

Le xanthe poilu, Xantho pilipes pour les intimes, est un petit crabe à pinces robustes et brunes aux extrémités. Cette espèce se reconnait grâce aux franges de poils qui sont bien visibles sur les pattes ambulatoires quand le crabe est dans l'eau. Confusion possible avec ses cousins: le crabe de pierre Xantho hydrophilus (bout des pinces noires et pas de poil sur les pattes ambulatoires) et les jeunes du crabe verruqueux Eriphia verrucosa (bout des pinces marrons et présence de verrues sur celles-ci et des poils hirsutes par petite touffe sur les pattes et la carapace)

 

 

Dans la famille des xantidés voici le crabe de pierre ou Xantho hydrophilus. C'est un petit crabe robuste, l'apex de ses pinces est noir à la différence de ces petit cousins ci-dessus qui ont l'extémité des pinces marron.

 

 

La porcellane grise, Porcellana platycheles est un tout petit crabe qui vit sous les pierres. Son corps et ses grosses pattes sont aplatis, il s'accroche fermement au rocher quand vous essayer de le prendre, une paire de pattes est passée sous l'abdomen ce qui fait que seulement 4 paires sont visibles. Des franges de poils sur la carapace et les pattes sont souvent présents ce qui confère à l'animal un atout supplémentaire pour le camouflage comme vous pouvez le constater sur la vidéo. A signaler la présence de crevettes à capuchon à la fin de la séquence.

 

 

 

Le plus fréquent que l'estran, le crabe vert. Nous avons affaire ici à une femelle qui porte ses œufs. Observez bien les pattes de couleur claire ou appendices de l’abdomen qui maintiennent la masse d’œufs. Ce sont les mêmes types d’appendices que l’on voit sous les abdomens déployés des crevettes.  

 

  

L’Étrille, c'est le crabe aux yeux rouges, pinces bleuâtres et pattes postérieures aplaties adaptées pour la nage. C’est aussi le crabe que les pêcheurs à pied recherchent pour sa chair savoureuse. Les nombreux autres noms locaux de cette espèce (Baleresse, Portune...) témoignent d'une relation forte avec l'homme.

 

 

 

Le crabe marbré, Pachygrapsus marmoratus: C'est le mal aimé de l'estran, celui que les pêcheurs négligent. Je le reconnais souvent à l’oreille, à la bruyante fuite de l’animal sur les rochers. Ce crabe nous arrive du sud, de méditerranée. Jusqu'à maintenant, sa progression l’a fait remonter jusqu’aux côtes morbihannaises. Attention une espèce introduite asiatique, Hemigrapsus takanoi , très proche du crabe marbré est arrivée depuis quelques années sur nos estrans. Il est plus petit, le mâle est facilement identifiable à la touffe de poils épaisse situé dans le creux des pinces. Je vous invite également à jeter un coup d’œil au dessin animé humoristique sur le crabe marbré: la révolution des crabes

 

 

 

 

Le tourteau, c'est le roi du plateau de fruit de mer et le crabe qui se fait rare sur l'estran rocheux. Regardons avec plaisir ce spécimen "gambader" sur les rochers.

 

 

Les macropodes se cachent parmi les algues brunes dans les flaques à marée basse. Pour parfaire leur camouflage ils se fixent des morceaux algues (façon bouturage) sur la carapace et les pattes. L’individu qui a des grosses pinces sur la vidéo est un mâle. Pour identifier précisément l’espèce, il faut examiner le rostre, la partie saillante et pointue en avant de la tête. Il faut donc généralement arracher les algues qui sont accrochées sur celui-ci.

 

 

Pise à quatre dents ou Pisa tetraodon pour les intimes est un autre crabe de la famille des majidés. Il est petit, mais plus costaud que les macropodes, et se bouture lui aussi des algues sur les pattes et la carapace. Sur la vidéo, l'individu a une véritable petite culture de différentes espèces sur son exosquelette.

 

 

LES BERNARD-L'HERMITE ou PAGURES

L'absence de carapace dure en font des squatteurs de coquillages vides (Pourpre, Nasse, Cormaillot, Buccin..). Au fil de sa croissance, le pagure changera de coquillage.  A certaines périodes de l'année on peut trouver de grands rassemblements de ses animaux sur la partie basse de l'estran. Si vous possédez une loupe de botanique, vous pouvez rentrer dans son intimité en placant celle-ci devant de l'ouverture de la coquille. D'autres photos de pagures ici.

 

 


Le pagure des rochers, Clibanarius erythropus, est l'espèce la plus commune de l'estran rocheux sur la zone médiolittoral de la côte de jade en Loire-Atlantique. Ce pagure est reconnaissable à ses pattes poilues et ses yeux noirs aux points blancs.

 

 

 

Anapagurus hyndmanny. est un pagure de petite taille. Sa grosse pince droite et ses pattes tricolores sont caractéristiques.

 

 

Anapagurus hyndmanny, un instant sans coquille. La scène est plutôt rare à observer.

 

 

 

Le Bernard l'hermitte commun, Pagurus bernhardus qui a choisi ici une coquille de buccin ondé est le plus gros pagure de nos côtes. Les gros spécimens fréquentent plutôt l'étage circalittoral sablo-vaseux (la zone jamais émergée) mais des jeunes individus peuvent être trouvés à l'étage infralittoral dans des coquilles de pourpre ou de jeune buccin.

 

 

LES CREVETTES

 

En soulevant une pierre, il n'est pas rare de croiser les petites crevettes à capuchon effrayées par la lumière soudaine. Elles mesurent au maximum 2 cm mais sont ici plus petites. Les couleurs de cette espèce sont assez variées mais la ligne claire qui parcourt le dos est un élément déterminant pour l'identifier. On peut reconnaître les mâles à leurs grosses pinces. Dans cette séquence on peut également observer une ophiure et un amphipode. D'autres photos de crevettes ici.

 

 



15/01/2013
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 8 autres membres