RIVAGES d'ici et d'ailleurs

RIVAGES d'ici et d'ailleurs

Nérophis Entrelacs.JPG
Les rivages sont des lieux de rencontres entre les éléments et la vie sous toutes ses formes. Ils ne séparent pas mais relient les mondes entre eux. 

Ce blog est une fenêtre ouverte sur les ESTRANS ROCHEUX ET AUTRES MILIEUX LITTORAUX de la côte Atlantique. Comme je suis basé à Pornic, mes photos et mes vidéos sont essentiellement réalisées le long de la côte de Jade. Ponctuellement, je fréquente également les paysages de Vendée (marais breton, îles de Noirmoutier et d'Yeu..) de la côte d'Amour au nord Loire, autour donc de la presqu'île Guérandaise.  

 

Des petites séquences vidéo dans la rubrique Articles et sur la page d'accueil apportent un regard dynamique à la thématique. Dans les rubriques au bas de l'album photo vous pouvez consulter un petit échantillon de la faune et de la flore d'autres habitats naturels présents sur la façade atlantique : falaises, landes et fourrés, bords de chemin et prairies, haut de plage et dunes, ainsi que les marais littoraux. 

 

En espérant que cette parenthèse numérique entretienne votre désir d'explorer la nature, de rencontrer le vivant.

 

James GUILLON

 


ACTUALITÉS

 

En cours de Rédaction: 

Cet ouvrage a pour but de présenter la biodiversité des estrans rocheux sur les côtes Atllantique et Manche. Nous envisageons une édition papier avec le soutien de partenaires. Pour vous faire une petite idée du contenu, je glisse dans la galerie ci-dessous quelques pages du document en cours d'élaboration.  

 



 

Articles pour revues associatives:

Pour La plume de l'Hirondelle, février 2014

L'océan, les rivages et Homo sapiens

 

logo_hirondelle_color [640x480].jpg http://www.associationhirondelle.fr/

 

 

  

Pour le bulletin de Loire-Atlantique Bretagne Vivante ELO, mai 2013

Les littorines, de la falaise "aux abysses"

 

 Projet LOGO.jpgSection ELO de Bretagne Vivante

 

 

 

Biodiversité et paysages sur le LITTORAL en 2014:

Ci-dessous dans la galerie de photos une petite selection disposée dans l'ordre chronologique. Les principaux milieux concernés sont les falaises, les pelouses, les landes, les dunes et bien sur les plages et les estrans. C'est d'une certaine manière, le littoral au fil des saisons. La plupart de ces photographies seront classées par la suite dans les rubriques par thématique. 

 

 



Polder de Sébastopol à Noirmoutier et Marais Breton, Mars et Avril 2014

Lors d'une belle après-midi le dimanche 31 mars, rencontre avec la colonie de Mouettes mélanocéphales à Noirmoutier et d'autres oiseaux aquatiques dans le Marais Breton sur le continent. Puis le 9 avril, petite visite de nouveau au Polder de Sébastopol: une colonie de Sternes caugek fait escale sur les îlots, quelques mouettes couvent leurs oeufs, de nombreux limicoles qui fréquentent l'estran vaseux sont rabattus sur le polder à marée montante. Visite du polder encore une fois le 14 avril, les couples de sternes caugek et de mouettes mélanocéphales se forment, quelques sternes pierregarin sont arrivées.

 

Depuis dix ans les effectifs nicheurs de la mouette méloncéphale n'ont cessé d'augmenter. Le bilan de l'année 2011 a été de plus de 10000 couple en France, dont plus de 2300 en Vendée, dont une bonne partie sur l'île de Noirmoutier et dans le Marais Breton. Infos à partir du Cinquième recensement national des oiseaux nicheurs en France 2009/2012    

 

 


  

 Pour profiter pleinement des vidéos avec Dailymotion 

vous pouvez choisir la qualité HD 720. 

 


En haut du schorre au Port du Collet, du coté vendéen, une gorge-bleue à miroir s'active et chante perchée sur les soudes. D'autre mâles, un peu plus moins font de même. Nous étions début avril 2014, assis sur la digue qui sépare le polder de la baie de Bourgneuf. Après la saison estivale, cette espèce retournera dans ses quartiers d'hiver, en Espagne ou en Afrique du Nord.

 

 

 

 


Sur une falaise de la Pointe St Gildas à Préfailles en avril 2014, des traquets motteux explorent les alentours en s'entrecroisant dans un ballet, apparemment désordonné. Certains chassent des insectes tout en gardant un œil sur le bipède qui les observe avec insistance. Au début du printemps, les plumages nuptiaux s'affirment: les mâles se parent d'un gris bleuté sur le dos et d'un masque noir bien net. Cette espèce nicheuse dans nos régions rejoindra ensuite ses quartiers d'hiver en Afrique.

 

 

 

 


Début avril, dans une prairie à la Fontaine aux bretons au Clion sur mer. Des choucas des tours qui nichent dans la grande battisse face à la mer, semblent expérimenter l'équitation sur un poney. De loin, on dirait qu'ils cherchent des bêtes sur l'animal. Mais non pas du tout: ils arrachent du poil pour tapisser leur nid.

 

 

 

Dans les landes entre Le Pormaint et la plage de l'étang à Ste marie/mer, le Cisticole des joncs, une petite fauvette, s'est enfin posé mais lance toujours son cri habituel "tip..tip...tip...tip" qu'il émet surtout lors de son vol ondulé. En vol, à chaque cri "tip', l'oiseau monte puis redescend un peu: Tip....tip.....tip....tip........ C'est un peu monotone mais au moins on sait à qui on a faire.

 

 

 


A Penbron sur la commune de La Turballe, un serin cini mâle s'égosille avec sa longue trille aiguë sur l'un de ses perchoirs préférés: le cyprès de Lambert. Une femelle plus discrète furète dans un parking aménagé derrière les landes du Pormaint à Ste Marie/mer.

 

 

 

 


En soulevant une pierre, il n'est pas rare de croiser les petites crevettes à capuchon effrayées par la lumière soudaine. Elles mesurent au maximum 2 cm mais sont ici plus petites. Les couleurs de cette espèce sont assez variées mais la ligne claire qui parcourt le dos est un élément déterminant pour l'identifier. On peut reconnaître les mâles à leurs grosses pinces. Dans cette séquence on peut également observer une ophiure et un amphipode.

 

 

 


Après avoir trouvé un oursin vert sous une pierre de l'estran, j'ai retourné l'animal pour observer la façon dont il allait utiliser ses pieds ambulacraires. Ces organes ventousés, disposés entre les piquants, servent à la fois à la locomotion, la fixation, la perception, et interviennent dans le procesus de respiration. On remarque également sur la face ventrale, la bouche aux cinq dents, instrument idéal pour brouter les organismes vivants sur les rochers: algues et animaux encroûtants. 

 

 

 

 

 


L'étoile de mer commune utilise ses podia, ou pieds ambulacraires, pour se déplacer et sentir son environnement. En mettant un individu sur le dos et dans l'eau, on peut observer l'effort gracieux de l'animal pour se retourner.

 

 

 

 

Le Mordocet, est le petit nom de la blennie commune. Ce nom viendrait du breton Mordouseg = crapaud de mer. Il est vrai que sa peau visqueuse et surtout sa grosse tête si particulière évoquent une certaine parenté avec les batraciens. Celui-ci a été pêché sous une pierre puis introduit dans une flaque peu profonde pour que je puisse filmer son comportement dans l'eau.

 

 

 


Les tentacules en forme d'arbuste au-dessus des yeux, d’autres plus petites au niveau des narines, la tache sombre sur la nageoire dorsale, les bandes verticales foncés le long du corps, ou encore la partie claire sous l'œil rouge permettent l'identification de cette belle espèce de blennie. On nomme également Parablennius gattorugine, Blennie percepierre.

 

 

 

 


Le 13 octobre 2013 sur la pointe du Croisic, des sternes caugek stationnent sur un petit îlot rocheux. De temps en temps un individu rentre de la chasse et rejoint le groupe. On reconnait facilement cette espèce à la pointe jaune du bec chez les adultes. Ces grands migrateurs vont rejoindre les côtes Africaines. Certaines populations qui nichent dans le Nord de L'Europe passeraient même le Cap de Bonne espérance en Afrique du sud pour rejoindre ensuite les côtes du Mozambique.

 

 

 

 


Ce gastéropode est surprenant. Quand il sort du sable stimulé par une odeur, c'est souvent en grand nombre. Il glisse rapidement la trompe en avant, un organe olfactif puissant, qui lui permet de repérer un cadavre à plusieurs dizaines de mètres. Charognard avéré, il peut être à l'occasion prédateur: j’ai déjà observé une fois, la nasse sectionnant un ver marin vivant. L'organe clair en forme de trompe qui apparait à la fin de la vidéo est sans doute l'organe de ponte ou un organe génital. Cela reste à vérifier.

 

 

 

 

 


Cet annélide vert foncé et irisé de bleu est carnivore et étonne par sa taille conséquente. Cet individu, trouvé sous une pierre, mesurait entre 30 et 40 cm mais on aurait déjà mesuré des spécimens de 60 cm. L'Ifremer nomme également cet animal, le ver vert.

 

 

 

  

PC030095.JPGLe mardi 3 décembre 2013, pour la première fois, j'ai croisé le chemin de cette belle blennie, Parablennius gattorugine. Clic gauche sur la photo pour voir les détails. Pour en savoir plus sur cette espèce allez voir cette autre page. Et pour voir évoluer ce spécimen dans son milieu vous pouvez consulter une vidéo dans l'article sur les blennies.

 

 



Petite carte postale réalisé le 16 septembre 2013 puis en avril 2014 du très accessible marais de Müllembourg situé à Noirmoutier. Ce marais accueille une multitude d'espèces d'oiseaux facilement observable d'une digue. La diversité et la densité des espèces présentes évoluent en fonction de la marée et de la période de l'année. Pour plus d'infos consultez le site  de la LPO vendée  

 

 



Histoire de retrouver le soleil d'été, je vous glisse une galerie de photos faune/flore pour témoigner d'un délicieux séjour du 3 au 10 août 2013 sur l'île de Houat et d'une petite excursion sur l'île d'Hoëdic. Dans le lot vous allez peut être reconnaitre le grand corbeau, des jeunes gravelots à collier interrompu, l'hirondelle de rivage, le dauphin commun, le lys martagon et bien d'autres.  

 

 

La porcellane grise,  Porcellana platycheles est un tout petit crabe qui vit sous les pierres. Son corps et ses grosses pattes sont aplatis, il s'accroche fermement au rocher quand vous essayer de le prendre, une paire de pattes est passée sous l'abdomen ce qui fait que seulement 4 paires sont visibles. Des franges de poils sur la carapace et les pattes sont souvent présents ce qui confère à l'animal un atout supplémentaire pour le camouflage comme vous pouvez le constater sur la vidéo. A signaler la présence de crevettes à capuchon à la fin de la séquence.

 

 

Vision peu commune de pouvoir admirer ces deux espèces dans le même lieu : une vasière des marais salants de Guérande, à quelques centaines de mètres du village de Kervalet sur la commune de Batz sur mer. A la faveur d’une belle éclaircie le lundi 11 novembre 2013, nous avons donc pu observer et comptabiliser dans cette vasière, 9 grandes aigrettes et 8 spatules blanches plus la présence de quelques autres espèces communes : Aigrette garzette, mouette rieuse, goélands et petits limicoles….. Il y a avait apparemment du « biscuit » pour que tout ce petit monde se réunisse.  

 

 

Depuis plusieurs années, j'observais régulièrement le bruant zizi dans les landes d’ajoncs entre Sainte Marie-sur-mer et Préfailles, et là je suis tombé sur une curiosité. En sortant de ma voiture devant l'Anse du Sud à La pointe Saint Gildas, je vois un mâle puis une femelle avec de la nourriture au bec, tournés autour d'une grille d'égout. Au bout d'un certain temps, je compris que ce couple avait son nid dans cet égout et que les oiseaux hésitaient à rentrer dans celui-ci de peur d’indiquer l’endroit où étaient leurs petits. Les oisillons réclamaient leur pitance et moi je filmais à quelques mètres, repoussant de ce fait le moment de la béquée. 

 

  

A Ste Marie sur mer au début du mois d'avril en pleine période de reproduction, j'ai croisé dans une lande à proximité de la mer, un tarier pâtre mâle qui surveillait son royaume du haut de plusieurs branches d'ajonc: perchoirs idéaux pour se faire remarquer par une femelle, repérer des proies en vol ou d'éventuel curieux comme moi.

 

  

Sur une plage de l’ile de Houat en juillet 2013, il était intéressant d'observer la technique de chasse de ce lézard. Il arpentait les coins et recoins d’un petit rocher en s'immobilisant par moment pour mieux surprendre ses proies, les mouches en l’occurrence. Bien qu'il gobait une mouche toutes les minutes environ, il ne semblait jamais rassasié. 

 

 

Le 22 septembre 2013, à la Pointe Saint Gildas sur la commune de Préfailles, il est un peu plus de 20h et nous attendons le crépuscule avec les tournepierres à collier. La marée haute oblige les oiseaux à se réfugier sur les petits îlots devant la falaise. Le soleil à l'horizon se couche devant un porte-conteneurs qui stationne devant l'estuaire de la Loire.

 

 

Au mois d’août 2013, sur la Pointe St Gildas à Préfailles, devant l’anse du Sud exactement, j’ai été frappé par le nombre d’insectes (Abeilles, bourdons, guêpes, mouches, papillons..) que le panicaut champêtre, Erymgium campestre attirait. A tel point que je suppose que cette plante est primordiale pour nombre d’entre eux. Les photos et vidéos ont été réalisées entre le 13 et le 18 août mais la liste des espèces qui viennent récolter son nectar est loin d’être exhaustive. Le rostre ou la trompe de ces insectes butineurs sont très bien adaptés au prélèvement du liquide sucré. D’autre part, il faut rajouter que la plupart des guêpes et des abeilles observées ici, fréquentent les sols sablonneux de cette arrière dune. Les guêpes dites fouisseuses (Sphex et Ammophila) creusent une galerie dans le sable puis trainent un insecte mort dans lequel elles pondront un œuf pour que la future larve puisse se nourrir. Elles fermeront ensuite avec soin l’orifice pour que la victime et la larve puissent être bien préservées.

 

 

C'est le début du mois d'octobre 2013. Le Paon du jour, le Bronzé et d'autres insectes profitent pleinement de la présence du soleil et des circes encore en fleurs. Nous étions à Préfailles à la croisée d'un vallon vert et d'une lande tout près de l'océan.

 

 

De temps en temps, en dehors de la période de reproduction, le héron cendré vient sur l'estran rocheux pour varier son quotidien. Nous sommes ici le 8 septembre 2013, devant le bourg de Sainte-Marie sur mer en Loire-Atlantique.

 

 

Le xanthe poilu, Xantho pilipes pour les intimes, est un petit crabe à pinces robustes et brunes aux extrémités. Cette espèce se reconnait grâce aux franges de poils qui sont bien visibles sur les pattes ambulatoires quand le crabe est dans l'eau. Confusion possible avec ses cousins: le crabe de pierre, Xantho hydrophilus, les jeunes du crabe verruqueux, Eriphia verrucosa, ou encore le petit pilumne hirsute, Pilumnus hirtellus. Allez découvrir ici les particularités de chacun. 

 

Pour voir d'autres vidéos vous pouvez consulter la rubrique ARTICLES de ce blog ou toutes les vidéos que j'ai posté sur Daylimotion ci-dessous